Chaque été, les amoureux d’opéra baroque font de Beaune une capitale musicale et de ses Hospices, une salle de concert.

La Mecque du Baroque

Festival pionnier dans les années 80, il est aujourd’hui considéré comme le festival lyrique européen de référence, “le Salzbourg du Baroque” selon le magazine Diapason pour l’interprétation des opéras baroques sur instruments anciens. Anne Blanchard, sa fondatrice et directrice artistique, rappelle volontiers que tout le répertoire, baroque, classique et romantique fut interprété sur des instruments anciens, et ce jusqu’au début du XXe siècle.
Depuis la création du festival de Beaune, Anne Blanchard, a ainsi programmé 120 opéras baroques, mis en espace ou en version concert, dont 30 recréations en premières mondiales, européennes ou françaises ; plus de 80 concerts d’oratorios et de musique sacrée; plus de 65 récitals, plus de 10 concerts symphoniques ainsi qu’ une Académie de Chant baroque.

Des lieux magiques

Le festival est l’hôte privilégié de lieux historiques de la capitale des vins, en particulier des Hospices de Beaune. En effet,  la cour d’honneur aux célèbres toits de tuiles vernissées  accueillent les opéras alors que l’atmosphère plus intimiste de belle salle des Pôvres et sa voûte en carène de vaisseau  est dédiée aux récitals.Pour tous les concerts de musique sacrée et si, en outre, l’été s’avère capricieux, c’est  la Basilique collégiale Notre Dame de Beaune aux splendides voûtes romanes qui retentit des accents baroques des multiples ensembles.

Un festival Haendélien…

Historienne, médiéviste et passionnée de musique ancienne, Anne Blanchard s’est particulièrement passionnée pour  l'opéra seria italien des 17e et 18e siècles, révélant ainsi au public depuis plus de 30 ans, les chaînons manquants de l'histoire de la musique et redonnant vie à des opéras et à des oratorios de Haendel dans leur intégralité : Giulio Cesare et Orlando dirigés par René Jacobs ;  Orlando, Xerses, Rodelinda  dirigés par Paul McCreesh ; Rinaldo, Tamerlano  dirigés par Christophe Rousset ; Ariodante  dirigé par Federico Maria Sardelli, Rinaldo et Jephta dirigés par Ottavio Dantone.
Le festival a également contribué à la redécouverte des œuvres de Lully, Vivaldi, Rameau, Pergolèse... et a développé  une importante collection discographique (20 disques) en liaison avec les grands labels français et européens.

 …Qui devient romantique

C’est en 2014, avec La Cenerentola de Rossini que le festival initie un nouvel axe de programmation, une exploration du répertoire romantique poursuivie chaque année avec son exigence coutumière.

 

 

Chefs reconnus et jeune génération

Si le festival a su s’entourer des meilleurs chefs mondiaux  (William Christie, René Jacobs, Marc Minkowski, Jordi Savall ..), il est aussi une pépinière pour les jeunes générations ( Christophe Rousset,  Paul Mc Creesh, Rinaldo Alessandrini, Antonio Florio, Fabio Biondi, Ottavio Dantone, Emmanuel Haïm, Jérémie Rhorer,  Raphaël Pichon, Thibault Noally ) qui a ainsi pu diriger ses premiers opéras à Beaune. Le festival, en véritable dénicheur de talents, a révélé de nombreux jeunes chanteurs qui se produisent aujourd'hui dans les plus grandes maisons d’opéra du monde : Sara Mingardo, Sandrine Piau, Véronique Gens, Andreas Scholl, Brian Azawa, Renata Pokupic, Ann Hallenberg, Cyril Auvity, Christophe Dumaux, Lawrence Zazzo, David D.Q Lee, Delphine Galou, Luigi Di Donato, Gaëlle Arquez... 

La programmation
 

Plus d’info sur : www.festivalbeaune.com

Des fêtes épicuriennes

Dans la tradition festive du festival et pour la bonne bouche, un buffet baroque est recréé d’après des fac-similés de traités de cuisine des 17e et 18e siècles dans les jardins des Hospices. Plus intime et tous les weekends, des buffets avant-concerts dans les caves historiques des Hospices de Beaune. 
 

Bon plan 

Dans les coulisses du Festival, profitez des répétitions données dans la Basilique collégiale Notre Dame pour découvrir le travail des orchestres et des solistes.