Avec Burgundy Wine School, les vins de Bourgogne n'auront plus de secrets pour vous !

« Et si on s’y intéressait ? »

C’est devenu notre rituel : chaque semaine, on se retrouve entre filles  le temps d’un verre dans notre bar favori au centre-ville de Beaune.  Ce soir, nous sommes toutes tentées par un grand verre de vin frais. Lors de la commande, nous ne pouvons-nous empêcher de laisser échapper quelques rires nerveux…  « Euh….On choisit quoi ? » Face à notre regard ébahi devant la carte des vins, j’aperçois le serveur sourire lui aussi du coin des lèvres. Nous finissons alors par dire au hasard chacune ce que nous souhaitons.
« La honte. » lâche une de mes amies « on est bourguignonnes et on ne connait rien aux vins… » Née dans la région et vivant à Beaune depuis quelques mois maintenant, il est vrai que je ne m’en suis jamais vraiment préoccupée …  « Et si on s’y intéressait ? J’ai vu qu’il y avait des cours et des dégustations en ville, ça peut être sympa si on y va toutes les trois non ? »  lance mon autre copine. 

Un nouveau rendez-vous girly

Sur le coup, l’idée ne nous enchante pas. On a assez de cours comme ça non ?... Par curiosité, direction le site de l’Office de Tourisme pour regarder quand même les différentes propositions.  Très vite nos regards se portent sur une photo montrant une femme aux cheveux bouclés avec des bouteilles de vins autour d’elle.  Une femme ? Tiens, plutôt rare dans le milieu… « Burgundy Wine School... Rien que de le dire je me sens déjà comme une spécialiste. » s’amuse une de mes amies.
Il suffit d’un regard pour que nous tombions toute d’accord. Parfait. Nous ne dérogerons pas à la règle, ça sera à nouveau une réunion « girly ». Rendez-vous la semaine prochaine au 22 bis rue du Faubourg Saint-Jacques les filles !

Une prof pas comme les autres

Quelques jours plus tard, je me dirige dans cette petite ruelle pavée pleine de charme où je retrouve mes deux amies. Ca y est, nous sommes arrivées au 22bis. C’est Cristina Otel, la gérante qui nous ouvre la porte. Souriante, elle nous accueille dans son appartement et nous invite à nous installer. À peine rentrons-nous dans la pièce que nous sommes déjà dans le bain : sur la table, les cartes des vignobles de la région sont étalées et le vidéoprojecteur est en marche. Avant de commencer la séance, nous en profitons pour lui demander son parcours professionnel : « À 17 ans j’ai quitté la Roumanie pour aller à Beaune. Toutes mes études sont liées à la production du vin. J’ai fait un BTS puis un Master Vin et Vignes à Dijon. J’ai travaillé dans différents domaines en France puis je suis allée en Australie et je suis revenue en Bourgogne où j’ai été assistante d’exploitation. Aujourd’hui je gère cette affaire d’école de vin ».  Le parcours de Cristina nous fait rêver et très vite nous envions sa vie bien remplie. 

Dessine-moi les vins de Bourgogne !

Après nous avoir expliqué les différentes régions viticoles, Cristina prend son Ipad et commence à dessiner. Amusées, nous regardons avec attention ses dessins enfantins projetés sur le mur qui nous permettent de mieux comprendre les notions de climat, de terroir et d’appellation.
Au fur et à mesure de la séance, nos langues se délient et nous posons des questions que nous n’avons jamais osées demander auparavant par peur du ridicule : « Qu’est-ce qu’un climat ? » ; « Quelle est la différence entre appellation village et régionale ? »… Sans l’ombre d’une moquerie, Cristina nous répond avec ses mots à elle et évite le vocabulaire complexe régulièrement utilisé. Après avoir terminé son explication, elle éteint son Ipad puis nous dit calmement : « On passe à la dégustation ? »

« On passe à la dégustation ? »

Cristina pose devant nous sept verres : « Nous allons déguster des vins dans l’ordre, puis nous allons revenir en arrière pour bien saisir la différence et ne pas oublier les arômes. » Munie de son tire-bouchon « Coravin » qui lui permet de déguster sans ouvrir la bouteille et l’oxyder, Cristina nous sert du Meursault, du Pommard, ou encore du Chardonnay...  Tout au long de la dégustation, cette dernière nous incite régulièrement à faire la différence entre les vins et très vite nous parvenons à saisir les nuances. Celui-là est plus « corsé », celui-là est plus « fruité », plus « serré »… Tous les adjectifs sont bons pour désigner un vin et Cristina nous le fait comprendre avec son vocabulaire imagé.
Après avoir remercié notre hôte, nous ressortons enchantées. Pleines d’assurance, nous nous dirigeons à notre bar fétiche pour commander un autre verre. Chic. Le même serveur. Calepin à la main, il lève ses yeux étonnés, lorsqu’en quelques secondes nous passons commande…

« Tu connais Burgundy Wine School ? »

Quelques semaines plus tard, j’accueille une amie de Lyon le temps d’un week-end à Beaune. Pour fêter son arrivée, je l’emmène au Bar du Square et nous commandons deux verres de vin lorsque gênée, elle me dit : « C’est un peu le comble de dire ça à une bourguignonne mais je n’ai jamais rien compris au vin… ».  Amusée, je repense à cette après-midi entre filles et à tout ce que nous avons appris avec Cristina. Après avoir trinqué, je lui réponds : « Tu connais Burgundy Wine School ? »